Darktable, capturez et traitez vos photos sans pertes

Darktable est un logiciel de capture et traitement photographique sans perte. Il est open source, ce qui signifie qu’il est totalement gratuit en plus de supporter grand nombre de modules qui lui permettent de toujours gagner en fonctionnalités.
Voir les avis des utilisateurs

Darktable 3.0.1 | Windows 64Bits Darktable 3.0.1.2 | MacOS Darktable 3.0.1 | Linux

À l’inverse des logiciels d’édition d’images matricielles comme Adobe Photoshop ou GIMP, il comprend un ensemble d’opérations de retouches photo conçues pour ne détruire aucune donnée Raw en post-traitement. Ainsi, le contenu initial d’un fichier source utilisé sous Darktable n’est pas altéré malgré vos retouches et différentes opérations d’édition.

Mais Darktable est également un logiciel de capture photo en vous permettant de prendre le contrôle en temps réel d’appareils photographiques numériques. Il vous sera ainsi possible de pouvoir configurer différents paramètres directement depuis l’interface de Darktable lors de vos captures photographiques, tout en ayant toujours un œil sur ce qu’il se passe réellement.

traitement d'une image raw avec darktable

Le logiciel par excellence du traitement d’images au format RAW

Le principe du format de fichier .RAW est d’effectuer très peu de traitements informatiques entre le capteur d’image de l’appareil photo numérique et l’enregistrement de cette image.

Les fichiers RAW s’appellent ainsi car ils sont des fichiers images « bruts » et ils ne peuvent être utilisés par des logiciels de retouches d’images matricielles (bitmap) afin de les imprimer par exemple.

Normalement, l’image doit être traitée par un convertisseur RAW avec en entrée ce que l’on pourrait appeler un « négatif numérique » en provenance directe du capteur de votre APN (Appareil Photo Numérique) puis en sortie de ce processus ce que l’on pourrait appeler un « positif » que l’on retrouve dans un format de fichier comme TIFF ou JPEG à stocker ou imprimer.

L’un des buts de Darktable est alors d’agir avant cette transformation en des fichiers utilisables comme le JPEG ou le TIFF qui auront subi des pertes de données (par la compression et bien d’autres modifications encore).

Cela vous permettra par exemple de pouvoir favoriser au moment de la transformation tel ou tel intervalle de luminosité ce qui aura pour effet de préserver des données qui auraient pu être écrasées autrement. Sans perte de donnée, la qualité de vos photographies est alors optimale.

Le principal défi pour Darktable est de pouvoir supporter le format propriétaire des fichiers RAW sachant que chaque constructeur d’APN a ses propres spécifications.

Qui dit format propriétaire dit code source protégé, il faut donc aux développeurs de Darktable réussir à démonter puis maîtriser tous ces différents formats pour les implémenter sous Darktable, ce que l’on appel de la rétro-ingénierie.

C’est pourquoi Darktable possède un nombre très impressionnant de modules qui permettent d’ajouter le support de certains types de fichiers RAW.

traitement image vidéo avec darktable

Tous les avantages du format RAW pour travailler vos photos

Quand on travaille avec un JPEG (qui est une image matricielle), les modifications sur le contenu sont enregistrées directement dans le fichier d’origine, ce qui rend la tâche bien plus simple pour les retouches, mais le RAW possède cependant de bien nombreux autres avantages :

• Une qualité d’image bien meilleure grâce à une précision accrue puisque les valeurs des pixels sont définies en une seule fois. Cela a pour effet d’éviter la postérisation, c’est-à-dire une perte des profondeurs des couleurs qui apporte des discontinuités visibles à l’image sous forme de bandes.

postérisation d'une image avec darktable
La postérisation est ici bien visible à droite et sera évitée grâce à Darktable.

• Compresser vos images sans perte de données pour une restitution bien meilleure de la qualité visuelle de l’image de départ.
• Éviter d’effectuer des opérations d’éditions comme la réduction du bruit numérique ou l’accentuation qui pourraient là aussi causer des pertes de données et donc une perte de qualité de l’image.
• Une meilleure appréciation de la luminosité puisqu’en RAW elle est codée en 12 ou 14 bits ce qui fait gagner en précision dans les hautes lumières, les couleurs saturées et les ombres. Cela est du au fait que contrairement au JPEG avec ses 8 bits avec compression du gamma, les données ne sont pas encore rendues et ajustées sur un gamut.

profondeur des couleurs raw
En RAW, votre photo n’est pas encore ajustée sur un gamut (ci-dessus les 4 gamuts principaux). Vous conservez donc bien toutes les données liées à vos profondeurs de couleurs.

• Plus de flexibilité en manipulant plus de paramètres comme la balance des blancs qui peut être fixée à la valeur que vous souhaitez et non préréglée.
• Le choix de votre espace colorimétrique pour une meilleure représentation des couleurs grâce à vos propres profils de couleurs.
• Il est possible d’utiliser des algorithmes de dématriçage avec Darktable afin de traiter le signal brut issu du capteur de votre APN.

ajustement des couleurs des photos

On pourrait conclure en disant tout simplement que les fichiers RAW possèdent plus d’informations de bien meilleures qualité que ce que l’on peut obtenir après une conversion avec des préréglages de rendu qui définissent déjà le gamut utilisé. On évite ainsi les effets d’artefacts comme la postérisation.

Le RAW est le format le plus utilisé par les photographes professionnels qui peuvent ainsi reprendre la main sur leurs images en effectuant eux-mêmes les traitements de rendu comme les paramétrages du contraste, de la luminosité, de la saturation, de la balance des couleurs ou encore de la netteté.

La table lumineuse et la chambre noire de Darktable

L’interface utilisateur de Darktable utilise deux modes principaux que sont la chambre noire (darkroom) et la table lumineuse (lighttable). On reconnait bien la contraction des deux pour former le nom du logiciel dark + table.

Chacun de ces modes représente une étape dans le processus de développement des photographies. Deux autres modes viennent ensuite faciliter encore plus la gestion de vos photographies avec le mode Carte (map) pour utiliser des propriétés géographiques et Capture (Thethering) pour piloter les appareils photos compatibles.

Tous les panneaux dans tous les modes peuvent être minimisés afin de gagner de la place à l’écran, ce qui permet de gagner en souplesse.

table lumineuse et chambre noire de darktable

La table lumineuse

Après lancement de Darktable, la table lumineuse vous sera proposée par défaut et listera vos collections d’images. Notez et catégorisez celles-ci facilement grâce aux boutons dédiés à cette tâche en haut quand le panneau droit vous proposera de nombreux modules comme l’éditeur de metadata ou l’éditeur de tag.

L’interface de Darktable est très bien conçue pour ne pas s’y perdre avec des emplacements logiques, puisque par exemple tous les modules qui servent à exporter des images seront forcément localisés en bas à droite de votre écran.

Se repérer dans la table lumineuse de Darktable est donc très facile et vous permettra de gagner en vitesse d’exécution pour les traitements à venir pour la retouche de vos photos. Ce mode est absolument idéal pour cataloguer vos photos puis les exporter facilement vers des emplacements tels que Flickr après avoir ajouté vos informations.

chamre noire de darktable

La chambre noire

La chambre noire permet de « développer » ses photographies à l’aide de plus d’une soixantaine d’outils tous aussi pratiques les uns que les autres. Dans ce mode, votre image sera au centre de l’écran avec 4 panneaux autour d’elle. La plupart des outils apparaîtront du côté droit.

Le panneau de gauche quant à lui sert à vous montrer des previews (un visuel) de votre image, un historique de vos actions afin de revenir en arrière (annuler), une palette de couleur à sélectionner et une fenêtre d’information EXIF.

Un diaporama avec d’autres images est montré en bas alors qu’il est possible d’organiser et filtrer ces dernières en passant par le panneau supérieur.

Le dernier panneau vous donne accès à la configuration de vos préférences. Sachez que Darktable permet la configuration de raccourcis clavier personnalisés ou encore certains choix par défaut.

capture de darktable

La capture

Darktable est capable de piloter des appareils photo numériques compatibles en utilisant les outils et la librairie gPhoto. Il ne s’agit pas uniquement de récupérer des photographies depuis son appareil mais aussi de télécharger et de charger des configurations et préférences selon les fonctionnalités proposées par votre APN.

Heureusement, gPhoto supporte plus de 2 100 APN à la date de janvier 2016 ainsi que le protocole PTP (Picture Transfer Protocol) ou MTP (Media Transfer Protocol).

fonctionnalités de darktable

Les fonctionnalités de Darktable

Darktable a toujours évolué dans le sens de ne jamais détruire ou perdre des données sur les images et photographies. Il est donc très proche des autres logiciels de manipulation d’images RAW.

Plutôt que d’immédiatement appliquer vos modifications, éditions et donc retouches sur vos images matricielles (raster), le logiciel conserve tout de même toutes les données de la photo originale jusqu’au rendu final à l’étape de l’exportation (toutes vos modifications sont pourtant visibles en temps réel pour vous aider lors de vos retouches).

Darktable possède des fonctionnalités conçues à partir de profils ICC (un profil ICC est un ensemble de données qui caractérisent une couleur en entrée ou en sortie du périphérique, ou un espacement de couleur, tout cela en suivant les standards de l’International Color Consortium).

Il supporte également la majorité des formats d’images et utilise l’accélération GPU grâce à OpenCL.

paramétrage de masque de luminosité de darktable
Ci-dessus, les paramétrages d’un masque de luminosité sous Darktable.

Les masques

Nouvelle fonctionnalité qui fut une avancée majeure pour Darktable dès sa version 1.4, le support des masques permit de pouvoir appliquer manuellement des effets sur des zones spécifiques d’une image.

Il y a 5 types de masques disponibles sous Darktable : pinceau, cercle, ellipse, courbes de bézier et gradient et tous sont redimensionnables, permettant ainsi d’élargir ou de rétrécir leur rayon d’action tout en paramétrant également leur opacité afin d’adoucir les transitions de couleurs.

Un nombre arbitraire de masques peut ainsi être créé et sera alors collecté dans le « mask manager » qui se situera sur la partie gauche de l’interface utilisateur de la chambre noire.

paramétrage de couleurs darktable
Paramétrez vos espacements couleurs en Adobe RGB, sRGB, XYZ ou en RGB linéaire.

Couleur

Darktable supporte idéalement les profiles ICC pour les espacements couleurs de types sRGB, Adobe RGB, XYZ et RGB linéaire. C’est pourquoi grâce à Darktable vous pourrez tout à fait utiliser ces sous-ensembles de l’espace RVB pour vos paramétrages d’espace colorimétrique.

Par exemple, le sRGB est un espace proposé par Microsoft et HP pour un meilleur aspect sur la majorité des écrans et est devenu un espacement de couleur standard pour l’affichage d’images sur ce type de support mais n’est pas des mieux conçu pour ce qui est de l’impression.

Adobe RGB quant à lui aura été conçu à l’inverse pour optimiser la qualité des couleurs pour l’impression.

support de nombreux format de fichier darktable
Darktable supporte idéalement les formats de fichier (dont le RAW) proposés par vos appareils photo numériques.

Importation et Exportation

Il est possible d’importer depuis un support de stockage (clé USB, disque dur, carte SD…) ou depuis un appareil photo numérique les formats d’images RAW, les JPEG, HDR et images PFM.

Ces images peuvent ensuite être exportées sur un support de stockage, un album Picasa ou sur Flickr (sur le web), par email ou alors en étant intégré à une simple galerie d’image conçue en HTML. Les formats d’exportation sont le JPEG, PNG, TIFF, WebP, PPM, PFM et EXR.

script lua de darktable
Exemple de script Lua pour Darktable avec toutes les actions à effectuer côté gauche par le logiciel.

Les scripts

Darktable peut être contrôlé par des scripts codés en langage Lua (version 5.2) qui est un langage de script libre (open-source), réflexif et impératif conçu de manière à pouvoir être embarqué facilement par des logiciels tels que Darktable.

Lua permet ainsi de pouvoir définir des actions que Darktable exécutera dès qu’un évènement viendra déclencher le trigger.

Par exemple, vous pouvez faire appel à une application externe durant l’exportation de votre fichier afin d’ajouter des traitements supplémentaires qui seront pourtant effectués « en dehors » de Darktable.

Les modules de Darktable

Les photographes professionnels apprécient tout particulièrement les fonctionnalités de Darktable qui s’utilisent grâce à des modules vraiment très pratiques et aux rendus professionnels.

En voici quelques-uns à titre d’exemple, sachant qu’en décembre 2018 fut ajouté 63 de ces modules de retouches photo qui ont été réparties en 5 groupes :

modules de darktable
Des modules « basiques » mais déjà surpuissants sous les premières versions de Darktable.

Basiques

Toutes les options de retouches photo nécessaires et vraiment habituelles des logiciels d’édition photo et image sont dans cette partie, ce qui inclut les paramétrages de contrastes de la luminosité et de la saturation, les ombres, la reconstruction des couleurs, les courbes de base avec leurs préréglages qui améliorent de manière automatique le contraste et les couleurs, la découpe, la rotation, l’orientation, l’exposition, la balance des blancs, etc.

tone mapping avec darktable
Du tone mapping pour retoucher aux tonalités d’une photographie.

Tonalités

Tout ce qui est relatif au contraste et à la luminosité se trouve dans ce groupe d’outils. Il est alors possible par exemple de modifier l’exposition en vous basant sur la luminosité d’un pixel, de mettre les niveaux en noir, d’appliquer des contrastes localisés, etc.

Le « tone mapping » est également supporté de base afin de « mapper » tout un jeu de couleurs par rapport à un autre afin d’avoir une plage de tonalités hautement dynamique, évitant ainsi les effets de « césures ».

Les écrans CRT ou LCD mais aussi les projecteurs possèdent une plage dynamique de tonalités limitée qui est parfois inadéquate pour reproduire toute une plage d’intensités de luminosité qui sont présentes dans des scènes naturelles prises par un APN.

retouche photo avec darktable
Retouche photo avec une transformation des couleurs sous Darktable.

Couleurs

C’est dans ce groupe de modules que vous retrouverez tout le nécessaire pour retravailler la saturation et les teintes de vos images. Vous pouvez par exemple imiter « l’effet Velvia » (les couleurs qui ressortent des pellicules de la célèbre marque de FujiFilm) en augmentant la saturation des pixels faiblement saturés plutôt que ceux qui sont hautement saturés.

Il est possible de paramétrer également le profil de couleur de sortie, les contrastes des couleurs, la correction des couleurs, de modifier la saturation globale ou d’ajouter une teinte globale, de basculer en monochromie, de retoucher aux balances des couleurs, de paramétrer des profils couleurs en entrée (en les débloquant si nécessaire), etc.

favoris des modules de darktable
Mettez en favoris vos modules préférés pour les retrouver instantanément !

Corrections

Ces modules sont parfaits pour réparer les imperfections visibles sur vos photos. Retrouvez par exemple un equalizer, la défragmentation, des filtres anti-bruits (bilatéraux), la correction des pixels chauds ou encore la correction des aberrations chromatique.

correction du bruit avec darktable
Une correction du bruit par Darktable assez bluffant et sans trucage…

Effets

Darktable propose des modules pour des effets basiques (et/ou très élaborés) qui sont très appréciés des photographes amateurs mais également des professionnels afin de faire des retouches rapides et simples mais surtout très pratiques et habituelles.

Par exemple, il est possible d’ajouter des watermarks (des images en filigranes sur vos photographies pour par exemple inclure une mention de vos droits d’auteur), de séparer les tonalités, d’effectuer un effet « vignette » afin de réduire la brillance ou la saturation des bords d’une image par rapport au centre de celle-ci, d’ajouter du grain, ou encore d’ajouter un effet « bloom » afin d’imiter les artefacts des appareils photo-numériques.

Bienvenue dans la communauté de Darktable

Il n’y a pas besoin de savoir coder en langage informatique pour pouvoir rejoindre la grande communauté Darktable ! Vous pouvez proposer votre aide aux autres utilisateurs de Darktable en proposant et en partageant vos suggestions, conseils, astuces et trucs pratiques directement sur le forum.

Si vous souhaitez montrer aux autres ce dont ce logiciel est capable, vous pouvez apporter vos contributions et créations sur la page Flickr de Darktable. Si vous savez coder, alors le code source n’attend plus que vous ici !

Le forum de la communauté Darktable est également ce qu’il y a de plus efficace pour demander de l’aide, que ce soit par rapport à un bug à rapporter aux équipes techniques (et bénévoles !) de Darktable ou pour demander conseils aux utilisateurs déjà plus aguerris.

géolocalisation avec darktable
Géolocalisez avec précision vos photographies sur une carte grâce à Darktable.

Pour les photographes, par des photographes

Cela se ressent très nettement lors de l’utilisation de Darktable : ce logiciel libre et gratuit est bien conçu par des photographes passionnés à destination d’un public justement passionné par la photographie. Darktable peut ainsi grandement vous servir lors de votre apprentissage de cet art afin de mieux comprendre toutes les subtilités et les challenges que pose la photographie au niveau technique.

Darktable Vs Lightroom : le gratuit contre le payant

Les avis utilisateurs à propos de Darktable se font plutôt rares du côté francophone et il est bien plus intéressant d’observer ce qu’en disent directement les utilisateurs du monde entier quand il s’agit de le comparer au géant commercial de la retouche photo brute Adobe Lightroom.

Nous vous proposons donc une retranscription française des commentaires laissés sur le site de digital-photography-school.com pour vous faire une réelle idée des avis et retours utilisateurs de Darktable en situation réelle, sur le terrain, face à un mastodonte du milieu tout aussi fiable mais pas multiplateforme… Les avis et commentaires les plus représentatifs de ce match opposant Darktable à Lightroom sont ceux-ci :

Il y a 2 ans par Rhonald Moses

Je n’ai jamais été un fan du post-traitement

Je n’ai jamais été un fan du post-traitement avant que je me force à utiliser Darktable (depuis que je suis passé sous GNU/Linux, Lightroom étant hors de question puisque je n’ai surtout pas envie de m’embêter avec Wine). C’est un logiciel miraculeux. Bien évidemment, il a ses défauts, mais il est absolument excellent et fonctionne parfaitement pour moi.
Les développeurs auraient peut-être pu faire quelque chose à propos des slides (un truc comme un bouton de slide qui s’agrandirait au passage de la souris pour aller plus vite mais c’est peut-être trop d’animation qui pourrait ralentir le logiciel). J’utilise le plus souvent la molette de ma souris pour slider de photos en photos pour résoudre ce souci.
Je n’ai trouvé aucun bouton de don sur le site officiel. J’aimerais sincèrement pouvoir donner quelques sous à l’équipe de Darktable !
Il y a 2ans par Top Rock Photography

@Rhonald Moses

@Rhonald Moses (réponse au message ci-dessus à imbriquer)
Tu peux slider avec le bouton (certes fixe) de manière abrupte, utiliser la molette de ta souris comme tu le fais pour un slide plus doux, mais sinon tu peux aussi faire CTRL + molette pour un slide extra-précis.
En espérant que cela pourra aider ! 😉
Il y a 2ans par Nloeillolt

Je trouve la comparaison assez inutile

Je trouve la comparaison assez inutile entre Lightroom et Darktable quand l’on comprend comment fonctionne le format de fichier RAW. Ils ont tous les deux un système de traitement différent ce qui fait qu’aucun n’est meilleur. Il faut comparer ce qui est comparable.
Il y a 2ans par Rhonald Moses

J’utilise Darktable depuis maintenant 8 mois

J’utilise Darktable depuis maintenant 8 mois et le trouve absolument superbe. J’ai finalement utilisé Lightroom pendant une petite période et n’en a pas été aussi satisfait (Lightroom ne propose pas un contrôle aussi vaste que Darktable).
De plus, j’utilise GNU/Linux de manière intensive pour mon utilisation personnelle (mais j’ai utilisé Darktable et Lightroom aussi sur mon Mac il y a quelques mois en arrière mais je me suis débarrassé de mon Mac finalement).
Cela peut prendre un certain temps avant d’être à l’aise avec Darktable, mais une fois que vous vous repérerez facilement dedans il devient alors un magnifique logiciel de post-traitement photographique.
J’ai acheté sur internet un System76 Galago Pro pour sa portabilité et dès que je l’ai reçu, j’ai pu me débarrasser des derniers des Windows à la maison (un Surface Pro).
De plus, le cloud d’Adobe et son système de lock-in est tout simplement horrible à utiliser et le plus vite tout le monde aura arrêté d’utiliser des produits Adobe et plus tôt le monde se portera mieux, mais ce n’est que mon humble avis !
Il y a 5ans par Van More

À mon grand regret, le traitement des fichiers

À mon grand regret, le traitement des fichiers depuis les chambres Fujfilm X-M1 X-E1 X-Pro1 avec une matrice X-Trans est impossible depuis Darktable. Lightroom n’a absolument aucun souci avec cela pourtant.
Il y a 5ans par Boucman

@Van More

(petit disclaimer : je suis un dev de Darktable)
X-Trans est horriblement compliqué à intégrer. En fait, Lightroom transforme votre RAW en TIFF assez tôt dans le traitement ce qui signifie après la demosaïque, ce qui fait qu’il y a plus ou moins de dépendance à ces capteurs. Cela permet en théorie une écriture bien plus facile d’un module tout comme l’écriture du code pour un traitement par Darktable, mais avec une perte de qualité (qui n’est habituellement pas visible à l’export, il s’agit plutôt d’une perte au plus bas niveau lors du traitement).
Darktable ne permet pas cela par choix, nous conservons un maximum d’informations. Mais cela signifie aussi qu’il faudrait re-écrire tout le traitement interne. Jusqu’à présent, nous n’avons aperçu aucun gain en qualité grâce à X-Trans comparé à d’autres capteurs. (désolé FujiFilm, si vous avez un ingrédient secret, il serait sympathique de nous le dire)
La bonne nouvelle est que nous travaillons déjà sur cela. Nous ne savons pas quand (ou même si) nous terminerons tout cela, mais il y a bien du code qui est en train d’être créé dans ce sens puisque vous êtes quelques personnes à nous le demander.
En solution de contournement pour le support de X-Trans sous Darktable, il est possible de faire comme ceci :
Convertissez votre RAF en un TIFF 16-bit au moyen de dcraw (version 9.19 ou plus haute) :
dcraw -v -w -6 -T *.RAF
Il est possible de travailler comme cela avec ce TIFF sous Darktable.
Il y a 5ans par Andrew

Je me demandais de ce qu’il en était des images

Je me demandais de ce qu’il en était des images qui semblent plus sombre sous Darktable. Qui peut dire qui a le plus raison de ces deux logiciels – les images plus sombres sous Darktable ou les images plus claires sous Lightroom ?
Il y a 5ans par Boucman

@Andrew

(petit disclaimer : je suis un dev de Darktable)
La réponse est : ni l’un ni l’autre. Il n’y a pas d’exposition « plus correcte » (au sens scientifique « d’avoir raison »). Chaque logiciel RAW doit faire des choix dans les traitements qu’il devra effectuer. La plupart des appareils photos tendent à sous-exposer doucement puis ensuite à sur-exposer en post-traitement. Darktable ne fait pas cela et donne des images légèrement plus sombres en résultat. Si vous modifiez votre exposition légèrement vous obtiendrez le même résultat que sous Ligthroom. Est-ce que cela est « meilleur » ou « plus correct » ? C’est une question de goût.
Il y a 5ans par Darlene Hildebrandt

@Boucman

Merci de prendre le temps d’apporter des réponses et commentaires ici !
Il y a 3ans par Larry Coles

Étant un photographe traditionnel

Étant un photographe traditionnel (de la bonne vieille époque de l’analogique), on me dit que je me débrouille bien avec mon appareil et suis très actif dans des compétitions photographiques et même si mes photographies arrivent dans les premières, je n’atteins jamais le top3. J’ai décidé de prendre le temps d’analyser le top100 de toutes les compétitions pour bien voir ce qu’ils font de plus que moi. Il a été alors très clair qu’ils utilisaient tous énormément de post-traitement contrairement à moi.
J’ai depuis très longtemps arrêté d’utiliser des produits « Windoz » et suis un farouche utilisateur de Linux (distribution Mint). J’ai été agréablement surpris par la découverte de Darktable. Ce logiciel a été développé en coopération entre des programmeurs et des photographes qui sont disséminés de partout à travers le monde. Il est donc réellement conçu de par la perspective des photographes.
Apprendre à utiliser Darktable est tout un projet surtout pour quelqu’un qui n’est pas habitué à la retouche photo. Je l’avais installé depuis quelques années, mais quand je l’ai vu j’ai décidé que c’était juste trop compliqué pour moi. J’ai été bien obligé de revoir ma copie et de changer d’avis. J’ai décidé de galérer un peu avec. J’ai téléchargé et imprimé le manuel de Darktable (pour la version 1 ce qui en fait 60 pages) et donc entre le livre et les vidéos depuis les liens du site de Darktable et d’autres sur Youtube, j’ai commencé à comprendre comment le workflow fonctionnait dans le monde de la retouche photo RAW. J’ai commencé alors un apprentissage plus intense des images RAW mais n’a pas été satisfait là non plus de mon apprentissage. Je suis devenu alors particulièrement en colère et a commencé à manipuler mes images à l’arrache, mais cette phase est passée et j’ai très vite appris à résoudre les soucis que je pouvais rencontrer. Est-ce que j’en suis devenu un expert ? Non, mais cela viendra. Depuis que Darktable est passé dans sa version 2.x.x, cela a été un incroyable bon en avant. Personnellement, je n’aime pas les produits Adobe, comme je ne veux rien à voir à faire avec Windoz. Mais Darktable est une petite révolution à lui tout seul !
Darktable est sans perte, ce qui fait qu’il ne perd aucune donnée de mes fichiers RAW en conservant un historique dans un fichier à part de toutes mes modifications plutôt que de les appliquer directement sur mon fichier d’origine.
Vous pouvez modifier le fichier EXIF de votre image pour ajouter vos datas et noms, descriptions, vos shots et même faire vos recherches depuis ces datas EXIF. Darktable propose le Tethering entre votre appareil photo et le logiciel pour vous donner un pouvoir de contrôle infini sur votre appareil depuis votre ordinateur. C’est d’ailleurs quelque chose de très amusant à faire.
Il y a tellement de choses que ce logiciel est capable d’accomplir, mais il faut aussi prendre en considération que vous pouvez passer de Darktable à GIMP, un logiciel open-source lui aussi et qui ressemble à Photoshop pour pouvoir faire bien plus encore et avec l’ajout du support de RAW dans GIMP, passer de l’un à l’autre donne là aussi un contrôle total sur vos images.
Darktable étant de toute manière disponible autant pour Windoz que pour des plateformes basées sur « Unix », il est donc disponible pour les systèmes d’exploitation Mac.
La plupart des systèmes d’exploitation Linux peuvent être téléchargés gratuitement sur le web en un fichier ISO qui peut être gravé sur un DVD ou monté sur une clé USB et ainsi pouvoir l’utiliser même avec des distributions Live-CD afin de pouvoir tester Darktable sans rien installer et en étant pourtant sous Linux.
Il faut juste être curieux et puis, il est gratuit alors pourquoi ne pas en profiter pour goûter au monde du libre ?

Darktable 3.0.1 | Windows 64Bits Darktable 3.0.1.2 | MacOS Darktable 3.0.1 | Linux